Sources Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne – Institut Jean Monnet, Houjarray

Frise Chronologique

1888


Naissance à Cognac

Jean Monnet nait à Cognac le 9 novembre 1888 dans une famille de négociants en cognac. Les affaires florissantes de l’entreprise familiale JG Monnet & Cie exposent très tôt le jeune Jean à la réalité du monde. A la table familiale se succèdent clients et agents venant de tous les horizons et parlant toutes les langues.


Les années de formation

A seize ans, Jean Monnet part pour « la City » de Londres pour se former à l’anglais et aux affaires auprès de l’agent de son père. A dix huit ans, il embarque pour l’Amérique et découvre avec fascination son immensité, son dynamisme, et l’esprit d’entreprise des pionniers. Il s’y découvre également de grands talents de négociateur.

1905
1914


Rencontre improbable avec René Viviani

Réformé pour raisons de santé, Jean Monnet ne part pas au front lorsque la guerre éclate. Ayant constaté l’absence totale de coordination entre Français et Anglais, notamment sur le plan maritime, il parvient à rencontrer René Viviani, le Président du Conseil, pour lui soumettre ses idées. Viviani est convaincu et à 26 ans, Monnet se consacre avec succès à la mise en place des comités d’approvisionnement franco-anglais.


La SDN, première expérience multilatérale

Fort de l’expérience et de la réputation qu’il a acquises pendant la guerre, Jean Monnet contribue à la création de la Société des Nations et en devient le Secrétaire Général Adjoint. Il contribue au règlement de nombreuses crises internationales mais constate également les limites de la coordination entre Etats et l’immobilisme engendré par l’exercice du véto.

1919
1926

Banquier aux Etats-Unis et en Chine

Après un passage à Cognac à pour remonter l’affaire familiale en proie à des difficultés, Jean Monnet rejoint une banque privée américaine et participe notamment à des opérations de financement pour le compte de la Pologne et de la Roumanie. Il part aux Etats-Unis en 1929, gagne puis perd beaucoup d’argent au moment du crash boursier.


« L’affaire de ma vie »

Jean Monnet rencontre en Août 1929 une jeune italienne de dix neuf ans sa cadette. Il épouse Silvia de Bondini, à Moscou en 1934. De cette union de 45 ans naitront deux filles, Anna et Marianne

1929
1934


Au pays des Soong

Jean Monnet est appelé en 1934 par TV Soong, Ministre des Finances chinois, pour mettre sur pied un consortium destiné à financer les infrastructures chinoises, la CFDC. Il facilite la création de la CFDC à laquelle il rallie les plus grandes banques locales dans le but de drainer les capitaux étrangers. La CFDC obtient de nombreux crédits, notamment pour le financement de chemins de fer. Sa progression n’est stoppée que par la guerre en 1939.


Des avions pour la France

Les nuages de la guerre s’amoncèlent sur l’Europe. Le Président du Conseil Edouard Daladier charge Jean Monnet, qui a de nombreux contacts dans l’administration Roosevelt, de négocier l’achat d’avions américains pour tenter combler le déficit aérien avec l’Allemagne. Monnet parvient à acheter 400 avions qui arrivent hélas trop tard pour empêcher la défaite.

1938
1940


L’Union totale franco-britannique

En Juin 1940, Jean Monnet convainc Churchill, son cabinet, et de Gaulle, de l’intérêt d’une fusion immédiate et totale de la France et du Royaume-Uni. Le dimanche 16 juin, le général de Gaulle en dicte lui-même les termes à Paul Reynaud, Président du Conseil. Le même jour, Paul Reynaud est remplacé par Philippe Pétain qui propose l’armistice à Hitler.


Apôtre de la production à outrance

Jean Monnet offre ses services à Churchill qui lui demande de repartir pour Washington afin d’y reprendre sa tâche d’approvisionnent au nom du gouvernement Britannique. Jean Monnet y devient un des artisans majeurs du Victory Program qui fait de l’Amérique « l’arsenal des démocraties ».

1941
1943


Membre du Comité Français de
la Libération Nationale d’Alger

Alors que les forces de la France libre s’organisent à Alger, Jean Monnet y est mandaté par le Président Roosevelt pour s’assurer que sont réunies les conditions du soutien au nouveau commandement français. Initialement méfiant vis-à-vis de de Gaulle, Jean Monnet le soutient à la tête du CFLN puis du gouvernement provisoire


Reconstruire et moderniser la France

Le temps est à la reconstruction. Jean Monnet est nommé Commissaire Général au Plan par le général de Gaulle. Il imagine une méthode de planification souple impliquant tous les acteurs de l’économie. L’approche est un succès et sera baptisée « planification souple à la française ».

1945
1950


L’Europe en marche

Convaincu de la nécessité d’unir les peuples européens et en particulier d’associer l’Allemagne et la France à cette nouvelle Europe, Jean Monnet propose à Robert Schuman la mise en commun des ressources de charbon et d’acier des deux ennemis d’hier, sous l’autorité d’une entité indépendante. C’est la CECA, premier pas de la Communauté Européenne à laquelle s’associent six pays. Monnet en devient le premier Président.


L’échec de la CED

Dans la continuité de la CECA, Jean Monnet propose à René Pleven, Président du Conseil, un projet de création d’une armée européenne, la CED. Celle-ci permettrait d’associer l’Allemagne à une défense européenne sans pour autant voir renaître une armée allemande. La CED est approuvée par quatre des six pays de la Communauté dont l’Allemagne, mais est rejetée par le Parlement français. Jean Monnet démissionne de la Haute Autorité de la CECA.

1954
1955


Le Comité d’Action pour les Etats-Unis d’Europe

Jean Monnet crée le Comité d’Action pour les Etats-Unis d’Europe pour se consacrer entièrement à l’unification européenne. S’y retrouvent la grande majorité des partis progressistes et syndicats représentatifs des six pays membres. Euratom, le Marché commun, l’Europe politiques et l’union monétaire sont ses objectifs prioritaires.


Monnet-de Gaulle, deux visions
opposées de l’Europe

Monnet et de Gaulle s’opposeront régulièrement sur l’Europe. De Gaulle veut une « Europe des nations » et se méfie de l’influence américaine sur la construction européenne. Monnet est convaincu de la supériorité de la méthode communautaire, conçue comme « un dialogue permanent entre un organisme européen responsable de proposer des solutions aux problèmes communs et les gouvernements nationaux qui expriment les points de vue nationaux ».

1961

La Grande Bretagne et la Communauté

Jean Monnet et son comité d’action souhaitent ardemment l’adhésion du Royaume Uni à la Communauté. A deux reprise, le général de Gaulle s’oppose à celle-ci. L’arrivée au pouvoir de Georges Pompidou en France et de Willy Brandt en Allemagne relance le processus d’adhésion. Le Royaume Uni rentre dans le marché commun en 1972 et confirme son adhésion par referendum en 1975.

Structurer les relations Europe – Etats-Unis

Jean Monnet souhaite structurer les relations entre l’Europe et les Etats-Unis en un partenariat d’égaux. Il attend beaucoup du jeune Président Kennedy. Son assassinat l’affecte et met fin à ces espoirs.

1970


Relance de l’Europe politique

Le début des années 70 est propice à une relance de l’union économique et politique de l’Europe. Le principe d’une union monétaire et d’un fonds monétaire européen, soutenu par le comité de Monnet, progresse. Il approuve la formalisation du Conseil européen des Chefs d’Etat voulue par Giscard d’Estaing et le principe de l’élection du Parlement européen au suffrage universel.


Citoyen d’Honneur de l’Europe

Jean Monnet met fin à l’activité du comité d’action et se retire dans sa maison d’Houjarray dans les Yvelines en 1975 à l’âge de 87 ans pour y écrire ses Mémoires. Il reçoit le titre de Citoyen d’Honneur de l’Europe et décède le 16 mars 1979. Ses cendres sont transférées au Panthéon en 1988.

1975

Biographie

1888 – Naissance à Cognac

Jean Monnet est né le 9 novembre 1888 à Cognac en Charente dans une famille de négociants en cognac. Son père Jean-Gabriel, fils de viticulteurs, s’était hissé au rang convoité de négociant et avait pris la tête en 1897 d’une coopérative de petits producteurs qu’il avait progressivement rachetée pour former une société familiale, JG Monnet Cie.

Source Institut Jean Monnet, Houjarray

La Charente est ouverte sur l’extérieur depuis le 12éme siècle, exportant très tôt du sel puis du vin vers les îles Britanniques. Depuis le 19ème siècle, ses eaux-de vie sont appréciées à travers le monde et il est significatif que les principaux producteurs de l’époque, Hennessy et Martell, sont tous deux d’origine Britannique. La région de Cognac avait donc très tôt pris conscience de la taille du monde. On y était naturellement plus intéressé aux affaires internationales, dont dépendait le commerce, qu’à ce qui pouvait se passer en France.

C’est dans ce cadre que grandit le jeune Jean Monnet. Il voit défiler à la table familiale clients et associés de tous horizons, parlant toutes les langues et rapportant des nouvelles du monde. L’adolescent est fasciné par leurs récits d’autant que, bien que bon élève, il goûte peu l’apprentissage théorique des choses.

1905 – Découverte du Nouveau Monde

(c) Zybach et co. – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne

En 1905, à tout juste seize ans, Jean Monnet part pour « la City » de Londres où il se forme à l’anglais et aux affaires auprès de l’agent local de son père. A dix-huit ans, le jeune homme se sent prêt à affronter l’Amérique et s’embarque pour la première de ces grandes traversées transatlantiques qu’il affectionnera toute sa vie. Son père lui conseille : «N’emporte pas de livres. Personne ne peut réfléchir pour toi. Regarde par la fenêtre. Parle aux gens ».

L’Amérique est une révélation pour le jeune Jean : les espaces infinis, la simplicité des contacts, l’esprit d’entreprise le fascinent. Il y tisse tôt des liens d’amitié et de confiance et s’y découvre de grands talents de négociateur. A 22 ans, le jeune Monnet signe pour les cognacs familiaux un important contrat de distribution exclusive sur l’ouest du Canada avec la puissante Hudson Bay Company. Il établit à cette occasion des liens personnels forts avec les dirigeants de cette société qui dispose notamment de ressources financières conséquentes et d’une importante flotte de navires marchands.

1914 – Rencontre improbable avec René Viviani

C’est en juillet 1914 en gare de Poitiers, de retour du Canada, que Jean Monnet apprend la mobilisation générale. Réformé en 1908 pour des problèmes pulmonaires, il n’est pas mobilisable, mais il entend contribuer comme il le peut à l’effort de guerre. Fort de son expérience d’affréteur et de sa connaissance de l’Angleterre, le jeune négociant constate l’utilisation désordonnée et non concertée des flottes marchandes françaises et anglaises, catastrophique gâchis en ces temps de guerre. Il est convaincu d’être capable de proposer des solutions et de mettre à profit ses relations avec la Hudson Bay Company. Son père, auquel il confie son constat et son intention de rencontrer le Président du Conseil René Viviani pour lui exposer ses vues, tente de le raisonner : « Même si tu avais tout à fait raison, ce n’est pas à ton âge, ni à Cognac, que tu changeras ce que nos grands chefs décident à Paris ».

La suite lui donna tort car après avoir obtenu une audience en pleine bataille de la Marne auprès de René Viviani replié à Bordeaux, le jeune Monnet se retrouve propulsé à Londres pour mettre ses idées en œuvre et la Hudson Bay Company signe un important contrat d’assistance maritime et financière avec le gouvernement français. Jean Monnet se consacre alors à la mise en place, à partir de Londres, de comités d’approvisionnement franco-anglais, action dont Jean-Baptiste Duroselle n’hésite pas à écrire dans La grande guerre des français : « En un sens, on peut dire que la flamboyante victoire de Foch a été facilitée et même rendue possible par l’action obscure de Jean Monnet».

A la fin de la guerre, Jean Monnet tente, en vain, de préserver l’organisation économique de guerre pour organiser la transition entre la guerre et la paix.  Il regrette de voir les comités alliés démantelés car il est convaincu que les structures de coordination franco-britanniques si utiles en temps de guerre peuvent également l’être à l’heure de la reconstruction.  Ayant acquis en quelques années une solide réputation d’organisateur et une grande influence, Monnet se voit confier des nouvelles fonctions dans le cadre du problème de ravitaillement de l’Allemagne vaincue et de l’administration de la Rhénanie occupée.   

1919 – La SDN, première expérience multilatérale

Source : Institut Jean Monnet, Houjarray

Dés 1919, Jean Monnet contribue à la création de la Société Des Nations, voulue par le Président américain Woodrow Wilson, première organisation internationale consacrée au maintien de la Paix. A sa création en 1920, le jeune homme âgé alors de trente et un an, est nommé Secrétaire Général Adjoint de l’organisation. Il en est le numéro deux en charge de son fonctionnement opérationnel, sa véritable cheville ouvrière. Monnet s’attache en particulier à régler le conflit entre l’Allemagne et la Pologne portant sur la délimitation des bassins charbonniers de la Silésie et de la Sarre et travaille au sauvetage économique de l’Autriche.

Cependant, le Secrétaire Général Adjoint est déçu du fonctionnement de l’organisation qu’il anime. Il regrette que les gouvernements et leurs représentants recherchent plus la défense de leurs intérêts propres que la résolution des problèmes communs auxquels ils sont confrontés. Le droit de véto est pour lui le symbole et la cause de l’impuissance à dépasser les égoïsmes nationaux.

1926 – Banquier aux Etats-Unis

C’est sans amertume que Jean Monnet démissionne de la SDN en décembre 1922 pour rejoindre Cognac et aider son père à remonter l’affaire familiale mise à mal par la prohibition américaine. Sa jeune soeur Marie-Louise l’ayant convaincu que son retour était indispensable, l’ancien dirigeant de la SDN trouve effectivement à Cognac une situation difficile. Son père Jean-Gabriel rechigne à se défaire de ses vieux cognacs qui n’ont plus la faveur d’un public à la recherche d’eaux de vie plus jeunes et moins chères. En quelques mois, aidé par la reprise des cours, Monnet remet l’entreprise familiale sur pied en sacrifiant notamment le vieux stock de cognac de son père au profit d’eaux de vie plus jeunes.

Source Institut Jean Monnet, Houjarray

Très vite, les affaires de Cognac ne lui suffisent plus, et lorsqu’il est approché en 1926, par une banque d’investissement américaine, Blair & Co, pour monter un bureau à Paris, Monnet n’hésite pas longtemps. Les banques américaines, en pleine expansion, souhaitaient alors profiter de la période de reconstruction en Europe pour financer des grands emprunts industriels et nationaux. Jean Monnet a le profil parfait. Il a participé à des programmes de sauvetage d’économies et de monnaies nationales dans le cadre de la SDN, en Autriche notamment, comprend le fonctionnement des administrations, et il bénéficie d’un réseau et d’une réputation solides. C’est donc dans le cadre de la banque Blair & Co que le jeune banquier (il n’a pas encore quarante ans) est amené à jouer un rôle déterminant dans le sauvetage du Zloty de Pologne et du Leu de Roumanie.

En 1929, avant le crash d’Octobre, Jean Monnet part aux Etats-Unis pour prendre la vice-présidence d’une banque américaine résultant de la fusion de sa banque et d’une grande banque locale, la Transamerica. En quelques mois, il gagne puis perd beaucoup d’argent. On lui attribue ce mot à propos de cette période : « j’ai gagné beaucoup d’argent sans plaisir et je l’ai perdu sans regret ». Il retient de la crise de 1929, dont les risques étaient visibles de longue date, que « Les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ne voient la nécessité que dans la crise ».  Jean Monnet continue ses activités de banquier aux Etats-Unis jusqu’en 1934, fonde un cabinet d’affaire, Murnane & Co, puis part pour Shanghai. 

Il se rend en Chine à la demande de TV Soong, Ministre des Finances, pour mettre sur pied un plan de reconstruction capable d’attirer des capitaux chinois et étrangers.  Mais lorsqu’il part pour Shanghai, sa vie a radicalement changé. Il s’apprête à épouser Silvia de Bondini, une jeune italienne de dix neuf ans sa cadette, rencontrée à Paris en 1929.

1929 – « L’affaire de ma vie »

Source Institut Jean Monnet, Houjarray

En août 1929, à quelques mois de la grande crise, Jean Monnet avait fait la rencontre qui allait changer sa vie. Lors d’un diner chez lui à Paris auquel participe René Pleven, il avait rencontré Silvia, la jeune femme d’un homme d’affaire italien. L’affaire est compliquée car Silvia est mariée sous la loi italienne et son mari lui refuse le divorce. La solution proposée par son ami Ludwig Rajchman, ancien directeur de la section d’hygiène de la SDN,  est audacieuse : il s’agit pour la jeune Silvia de se rendre à Moscou, prendre la nationalité soviétique, profiter d’une disposition de la loi russe pour divorcer unilatéralement, et épouser Jean Monnet. C’est ainsi que l’affaire se déroule. Monnet arrive à Moscou de Shanghai par le transsibérien en avril 1934 pour épouser Silvia. Jean Monnet qualifiera dans ses Mémoires cet épisode de “plus belle affaire de sa vie”.  En effet, l’union de Jean et Silvia Monnet dura 45 ans, jusqu’à sa mort en 1979 et fût une source essentielle de bonheur, de stabilité et de sérénité.  Ensemble, il eurent deux filles : Anna née en 1931 et Marianne née à Washington DC en 1941.

1934 – Au pays des Soong

La mission de Jean Monnet en Chine aurait pu se dérouler sous l’égide de la Société des Nations mais le Japon s’y oppose et Jean Monnet part pour Shanghai à titre privé sous la raison sociale Monnet-Murnane & Co., société créée pour l’occasion avec George Murnane, un ami américain. Dans ce cadre privé, Monnet continue néanmoins à collaborer étroitement avec des anciens de la SDN comme ses amis Arthur Salter et Ludwig Rajchman. En Chine, la question fondamentale est la même que celle à laquelle Monnet a été confronté dans d’autres entreprises financières de redressement ou de reconstruction : comment créer localement les conditions d’émission d’emprunts internationaux à même d’attirer les capitaux étrangers nécessaires à la reconstruction de l’industrie et des infrastructures chinoises. Pour cela il facilite la création de la China Finance Development Corporation (CFDC) à laquelle il rallie les plus grandes banques chinoises.  L’objectif est de drainer des capitaux étrangers sous forme de crédits et de les allouer aux secteurs privé et public chinois. C’est un succès, la  CFDC se développe et obtient de nombreux soutiens, notamment pour le financement des chemins de fer.  Sa progression n’est stoppée que par la guerre en 1939.

Source Institut Jean Monnet, Houjarray

L’expérience est riche pour Jean Monnet, la Chine est un nouvel horizon. Il y côtoie les personnalités les plus influentes du pays : T.V.Soong, Ministre des Finances, ses trois sœurs dont deux sont mariées à Sun Yat Sen (fondateur du parti nationaliste chinois) et à Tchang Kai-chek.  Tchang Kai-chek lui-même exerce alors son pouvoir sur la Chine et rien ne se fait sans son soutien. Jean Monnet établit peu à peu une relation de confiance avec le dirigeant chinois qui lui confie un jour « qu’il ferait un bon général s’il n’était pas si faible avec ses amis » et – ultime compliment – qu’il y a « quelque chose de chinois en lui ».  Monnet développa au cours de ce séjour à Shanghai une grande admiration pour la Chine et pour les Chinois dont il écrira dans ses Mémoires qu’il lui parurent «beaucoup plus intelligents et subtils que les Occidentaux ».  Il admettra cependant aussi ne jamais les avoir vraiment compris. 

1938 – Des avions pour la France

A son retour de Chine en 1936, Jean Monnet s’installe en famille aux Etats-Unis. Depuis 1933, il connait bien l’administration Roosevelt au sein de laquelle il compte de nombreux amis. Monnet est convaincu depuis plusieurs années de la menace que pose Hitler et dès 1938 il s’inquiète comme d’autres de l’infériorité manifeste de l’aviation française. Il est clair que seule une aide américaine conséquente permettra à la France de combler ce retard. Le profil de Monnet le destine naturellement à jouer un rôle d’intermédiaire entre le gouvernement français et l’administration Roosevelt. Sur les conseils de l’Ambassadeur William Bullitt, il est chargé par Edouard Daladier, Président du Conseil, de négocier l’achat d’avions américains. Jean Monnet rencontre à cette occasion le Président Franklin Delano Roosevelt pour la première fois. Il lui est présenté par Bullitt, comme « l’homme qualifié pour traiter cette question d’avion, ami intime de longue date en qui j’ai confiance comme en un frère». Monnet doit convaincre les américains de contourner le Neutrality Act qui les contraint et trouver en France les moyens de financer ces achats. Roosevelt obtient la levée de l’Act et une solution audacieuse est identifiée pour le financement des avions : réquisitionner l’or non-déclaré détenu par les français aux Etats-Unis.

Jean Monnet parviendra à commander plus de 400 avions après les accords de Munich, qui ouvriront la voie à d’autres commandes, mais jusqu’à la déclaration de guerre la France ne parviendra hélas pas à se procurer des avions en quantité suffisante. Il reste que Jean Monnet est maintenant rentré de plein pied dans la guerre et dans l’action publique qu’il ne quittera plus. Dans la continuité du rôle qu’il a joué pendant la première guerre, Monnet préside, à partir de décembre 1939, le comité franco-anglais d’approvisionnement. Hélas, le temps manque et lorsque Hitler lance son offensive le 10 mai 1940, la France manque encore d’avions.

1940 – L’Union totale franco-britannique

Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne

En Juin 1940, Jean Monnet refuse la défaite. Lui qui a depuis la première guerre mondiale le réflexe de l’action collective reprend à son compte une proposition aussi audacieuse que désespérée. Par une note intitulée « Anglo French Unity », il convainc Churchill, son cabinet, et de Gaulle, acculés par la debâcle, de l’intérêt d’une fusion immédiate et totale de la France et du Royaume-Uni. Un seul Parlement et une seule armée pour faire face ensemble à l’Allemagne.  Le dimanche 16 juin, le général de Gaulle en mission à Londres dicte lui-même au téléphone le texte de la note à Paul Reynaud, Président du Conseil. Mais le projet est enterré rapidement car le même jour, Paul Reynaud est remplacé par Philippe Pétain, et celui-ci propose l’armistice à Hitler.

Dans ses Mémoires, Jean Monnet note à propos de cet épisode : « Si c’est sans romantisme que j’envisageais la fusion de deux pays et la citoyenneté commune de leurs habitants (…) ces jours de 1940 agirent fortement sur ma conception de l’action internationale ». Il avait fait à nouveau l’expérience, de façon plus cruelle encore qu’à la SDN, des limites de la seule coordination quand l’union totale est nécessaire. Sur le plan de la méthode, Monnet avait une nouvelle fois démontré sa capacité à se saisir d’une idée radicale – fût elle déjà formulée par d’autres – à la formaliser et à s’atteler à convaincre au moment précis où il sait que les esprits seront prêts à l’accepter.

Le lendemain, le 17 juin au soir, Jean Monnet reçoit à son domicile londonien le général de Gaulle, qui prépare son appel du 18 juin. Les deux hommes refusent tous deux la défaite mais ils ont  une appréciation différente de la situation et tout les oppose sur le plan de la personnalité. Le général de Gaulle voit son propre destin dans celui de la France alors que Jean Monnet cherche une solution globale au conflit, dont il sait qu’elle inclura les alliés.

L’armistice de juin 1940 a rendu caduque le Comité franco-anglais d’approvisionnement que dirige Jean Monnet.  Il offre alors ses services à Winston Churchill. Le Premier Ministre Britannique lui demande de repartir pour Washington pour y reprendre sa tâche d’approvisionnent, cette fois au nom de son gouvernement qui continue le combat contre l’Allemagne nazie.

1941 – Le Victory Program. Apôtre de la production à outrance

En Août 1940, Jean Monnet arrive à Washington. Il y retrouve une Amérique isolationniste qui ne dispose à l’évidence pas de l’appareil industriel nécessaire à la production d’armes en quantités suffisantes pour assurer la victoire des Alliés. La production d’avions notamment n’est pas au niveau compte tenu de la supériorité de la Luftwaffe.  Se pose également à nouveau la question du financement des approvisionnements.

Jean Monnet, son équipe et ses amis de l’administration Roosevelt s’attachent à évaluer précisément les besoins de matériel et à les comparer aux capacités de production américaines pour faire apparaitre clairement le déficit à combler. Ils utilisent pour cela un outil que Monnet mettra en œuvre à de nombreuses reprises dans sa carrière : la fameuse « Balance Sheet ». La conclusion est sans appel : les programmes de production américains sont insuffisants, et il faut au moins les doubler.  Jean Monnet, loin d’être lui-même un technicien, se fait l’apôtre de la production à outrance et répète sans cesse qu’il vaut mieux avoir dix mille chars de trop qu’un de manquant.  Il convainc ainsi l’administration américaine de doubler leur programme de production, ce qui fera des Etats-Unis, selon le mot du Président Rooselvelt, « l’arsenal des démocraties ».   Monnet joue également un rôle essentiel dans la mise en place du « Combined Production and Ressources Board », un système d’optimisation des allocations de matériel entre Américains et Britanniques sur les mêmes principes que ceux qui avaient été mis en place dans les conseils Franco-Britanniques de 1916 et  1939. 

Source Institut Jean Monnet, Houjarray

Le rôle de Jean Monnet dans le succès du Victory Program a été décisif.  L’économiste anglais John M. Keynes dira de Monnet qu’il avait par son action à Washington en 1941 probablement raccourci la guerre d’un an. Felix Frankfurter, alors juge à la cour suprême qualifiera Monnet de «  force créative et dynamisante dans le développement de notre programme de défense » et un autre haut fonctionnaire américain en poste en 1941 jugera que « Jean Monnet fut un maître à penser pour notre département de la défense ».

1943 – Membre du Comité Français de la Libération Nationale d’Alger

Le débarquement des alliés en Afrique du Nord en Novembre 1942, marque le début de la phase de libération. Jean Monnet est convaincu que l’aide américaine sera essentielle à la reconstruction de la France et de l’Europe et qu’il faut rassurer les Etats-Unis sur le caractère légitime et démocratique de l’entité qui sera amenée à assumer le pouvoir en France au moment de la libération. A cet égard, ni l’Amiral Darlan récemment rallié à Alger, ni le Général de Gaulle toujours basé à Londres, ne font l’affaire aux yeux de Jean Monnet et du Président Roosevelt.

(c) Vignal Mourier, Alger – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne

Le Général Giraud semble initialement un bon compromis ; il commande les forces françaises d’Afrique du Nord et a les faveurs de l’administration américaine.  Par contraste, celle-ci se méfie du Général de Gaulle dont elle craint les tendances autoritaires.  Après l’assassinat de Darlan, le Général Giraud prend la tête du « commandement en chef civil et militaire ». C’est à ce moment que Jean Monnet arrive à Alger, mandaté par le Président Roosevelt avec l’accord de Churchill, afin de s’assurer que sont réunies les conditions du soutien américain au nouveau commandement français. En particulier, la question des références continues au gouvernement de Pétain et du maintien de certaines lois antisémites, inacceptable pour Jean Monnet, sont des questions à régler en priorité. Monnet a l’avantage aux yeux des Américains et les Britanniques d’être un civil neutre n’aspirant à aucun pouvoir pour lui-même et, selon l’expression de Roosevelt « un homme représentant le mieux en Amérique du Nord la France et l’esprit français».

D’abord bien disposé vis-à-vis du général Giraud, Monnet le juge assez rapidement avec sévérité : il se révèle être un piètre politique et ses idées sont jugées réactionnaires.  Lorsque de Gaulle se rend finalement à Alger, le Comité Français de la Libération Nationale (CFLN) est établi, co-présidé par les deux généraux.  Jean Monnet en devient membre, en charge du ravitaillement et du réarmement. Là, il se rend progressivement à l’évidence : en dépit de ses réserves sur le personnage, seul le général de Gaulle est à la hauteur de la tâche qui demande stature et sens politique. Dés lors, Jean Monnet s’attèle à faciliter le processus de stabilisation du Comité au  profit de de Gaulle dont il continue néanmoins de regretter la conception éminemment personnalisée du pouvoir. De cet épisode d’Alger, Monnet écrira dans ses Mémoires «J’ai fait cent fois dans ma vie l’expérience que les questions de personnes étaient des obstacles majeurs à l’organisation commune et au progrès de l’action ».

(c) Documentation française, Paris – Source Documentation française

Dés cette époque, les divergences de vue sur l’Europe deviennent claires entre Jean Monnet et le général de Gaulle. En 1944, Jean Monnet repart à Washington pour y obtenir l’aide prêt-bail, l’aide dont la France aura besoin pour sa reconstruction et solliciter la reconnaissance du gouvernement provisoire du général de Gaulle par l’administration Roosevelt. Il s’agit également d’exprimer clairement aux Américains – au nom du gouvernement provisoire – le refus des Français de les voir exercer une quelconque tutelle sur la France à la libération. Monnet s’oppose en particulier aux plans américains d’imprimer les billets qui seront mis en circulation en France à la libération. Se joignent à Monnet à Washington des Français sur lesquels il s’appuiera largement plus tard, comme René Mayer, Hervé Alphand, et Robert Marjolin. Ensemble, ils oeuvrent, non sans difficulté, à la reconnaissance par les Etats-Unis du gouvernement provisoire et négocient puis supervisent des accords d’approvisionnement d’une valeur fabuleuse pour l’époque de 2.5 milliards de dollars.  Le 8 mai 1945, l’Allemagne est vaincue et le temps de la reconstruction commence. Le gouvernement provisoire, dirigé par de Gaulle, prend les rênes du pays.

C’est à Alger que Jean Monnet formule pour la première fois ses convictions – largement muries à Washington en 1942 au sein de la communauté européenne qui s’y trouvait – sur la façon dont les nations européennes doivent se reconstruire pour assurer leur prospérité future et éviter que ne se reproduisent les drames du passé : « Il n’y aura pas de paix en Europe si les Etats se reconstruisent sur une base de souveraineté nationale » écrit-il dans une note fondatrice datée du 5 août 1943. Dans cette note, il exprime également sa conviction que « les pays d’Europe sont trop étroits pour assurer à leurs peuples la prospérité (…) et qu’il leur faut des marchés plus larges (…) ». Et de conclure : « De la solution du problème européen dépend la vie de la France ».

1945 – Reconstruire et moderniser la France

Après la guerre, le temps est à la construction. Jean Monnet recommande au général de Gaulle de mettre en place un plan ambitieux de reconstruction et de modernisation de l’économie française. : «vous parlez de grandeur, lui dit-il, mais aujourd’hui la France est toute petite». Malgré leurs différences passées, le général de Gaulle a confiance dans les talents d’organisation de Monnet et il le nomme Commissaire Général du Plan. Jean Monnet s’installe dans sa maison d’Houjarray dans les Yvelines où il vivra jusqu’à a mort en 1979.

(c) Maurice Louis Rosenthal, Paris – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne

La vision que Monnet et sa petite équipe élaborent, consiste à se fonder sur des analyses chiffrées inattaquables, identifier les quelques secteurs clé sur lesquels se concentrer, et organiser le travail en commun des partenaires sociaux et des techniciens du plan. C’est la naissance de ce que l’on appellera « la planification souple à la française ». La rigueur de la méthode et la clarté des plans contribueront à l’attribution des aides Marshall à la France d’après-guerre.

(c) Keystone – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne

En janvier 1947, après une longue série de consultations, souvent confidentielles avec près d’un millier d’acteurs de l’économie (patrons, syndicalistes et fonctionnaires), un plan est présenté au gouvernement de Léon Blum. La force de ce plan, c’est d’être l’affaire de tous et d’être soutenu par tous les syndicats ouvriers (CGT, CFTC), les syndicats agricoles et le CNPF.  Le succès du modèle repose en grande partie sur l’adhésion de tous les acteurs économiques du pays unis derrière un but unique : reconstruire la France et relancer son outil de production. Jean Monnet fait à nouveau, dans un contexte très différent, l’expérience de la force de l’action collective concertée et de la façon dont les hommes peuvent oublier leurs différences, lorsqu’ils s’attèlent ensemble à un but commun.

Le plan Monnet a largement contribué à la reconstruction et à la modernisation de la France, à la reprise de la croissance et la réduction du chômage pendant la période d’après-guerre. D’après France Stratégie, l’héritier du Commissariat au Plan, « les objectifs du premier Plan, ou Plan Monnet ont été largement atteints et la priorité accordée aux secteurs de base s’est révélée efficace. (…) Le Plan a insufflé un nouvel état d’esprit parmi les chefs d’entreprise, sans porter atteinte à l’initiative privée »[1].

1950 – L’Europe en marche

Pendant ces années d’après-guerre, Jean Monnet se rend souvent aux Etats-Unis pour faire valoir le plan français de modernisation et solliciter des aides car la situation économique française reste extrêmement précaire. Il réalise et s’inquiète de la dépendance extrême dans laquelle la France et l’Europe se trouvent vis-à-vis des Etats-Unis. L’administration Truman de son côté s’inquiète de voir les pays européens affaiblis à la merci du communisme soviétique et commence à considérer la renaissance de l’Allemagne de l’Ouest comme un gage de stabilité future.

Monnet exprime à nouveau en 1948 sa conviction que pour faire face aux périls et défis auxquels les pays européens sont confrontés, et qui peuvent faire craindre l’imminence d’un nouveau conflit, les mécanismes de coordination intergouvernementale du passé sont insuffisants. La renaissance d’une Allemagne forte et potentiellement à nouveau dominante l’inquiète, de même que le déséquilibre des forces avec les Etats-Unis et l’émergence de nouveaux blocs face auxquels une Europe désunie pèsera peu.  Monnet est convaincu que le moment est venu pour les pays d’Europe de prendre leur destin en  main, de s’unir et de créer ensemble les conditions d’une paix durable et prospère. Il est temps, par une action décisive, d’enclencher ce processus d’unification. Monnet se rapproche d’abord naturellement de la très familière Grande Bretagne à laquelle il propose en 1949 une gestion commune, supranationale, des aides Marshall. Devant le refus des Britanniques, très arrimés aux Etats-Unis, fiers de leur Empire et jaloux de leur souveraineté, Monnet se tourne vers l’Allemagne. Il a conscience de la nécessité de trouver une solution à la question de la renaissance rapide de l’Allemagne qui engendre des tensions grandissantes en Europe. Les Américains eux-mêmes, qui financent largement la reconstruction européenne et rappellent volontiers qu’ils sont déjà intervenus par deux fois pour régler des conflits mondiaux d’origine franco-allemande, sont soucieux de trouver un moyen d’opérer un rapprochement entre les deux nations.

Avec ce sens du moment qui lui est inné, Jean Monnet saisit cette opportunité pour proposer à Robert Schuman la mise en commun des ressources de charbon et d’acier des deux ennemis d’hier, sous l’autorité d’une entité indépendante. Cette proposition, qui donnera naissance à la Communauté Européenne du Charbon et de l’Acier (CECA) est rédigée par Jean Monnet avec ses collaborateurs à l’occasion d’une longue séance de travail dans sa maison d’Houjarray dans les Yvelines.  Evoquant les obstacles se dressant sur la voie de l’union, cette note historique à Robert Schuman, datée du 28 avril 1950, explique : «La voie pour les surmonter est de porter immédiatement l’action sur un point limité mais décisif : la mise en commun de production de charbon et d’acier assurerait immédiatement l’établissement de bases communes de développement économique, première étape de la fédération européenne (…) ».  Le Ministre des Affaires Etrangères voit tout de suite la portée historique de cette proposition et accepte de la porter politiquement et auprès de l’opinion publique. Du côté allemand, l’offre est inespérée : elle équivaut à une réintroduction instantanée de l’ennemi d’hier dans le camp des nations « fréquentables », fut-ce au prix de concessions importantes.  En effet, le plan donne accès à la France et aux autres signataires futurs du traité à d’importantes ressources allemandes. Le chancelier Adenauer perçoit néanmoins lui aussi la portée historique de la proposition et l’accepte immédiatement.

(c) Théo Mey, Luxembourg – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausane

Le 9 mai 1950, Robert Schuman fait une déclaration solennelle annonçant le projet de CECA et invitant tous les pays intéressés à poser avec la France et l’Allemagne « les premières bases concrètes d’une fédération européenne ». L’Italie et les pays de Benelux se joignent à eux pour créer la première communauté européenne. Le traité de Paris de 1951 entérine la création de la Haute Autorité, l’Assemblée des Six, une Cour de Justice qui veille au respect du Traité, et un Conseil des Ministres qui assure l’harmonisation des politiques des États membres. Les bases institutionnelles de la première communauté européenne sont jetées, et la méthode communautaire aussi appelée méthode Monnet ou Monnet-Schuman, est née.

(c) Théo Mey, Luxembourg – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausane

Jean Monnet devient en août 1952 le premier président de la Haute Autorité de la CECA installée à Luxembourg. Dès 1953, le charbon et l’acier circulent librement en Europe pour le plus grand avantage des consommateurs et des producteurs. A tous Monnet répète inlassablement le fond de sa méthode : « nous sommes là pour accomplir une œuvre commune, (…) non pour négocier des avantages, mais pour rechercher notre avantage dans l’avantage commun». Jean Monnet conçoit la CECA comme le début de l’unification européenne qu’il appelait de ses vœux dans la note d’Alger du 5 août 1943. Il ne s’y trompe pas, comme l’indique une note personnelle manuscrite daté du 5 août 1953 dans laquelle il écrit « Ma vie commence seulement maintenant, tout à présent n’a été qu’essais, tentatives, éducation ».

1954 – L’échec de la CED

Jean Monnet et son équipe prévoyaient que le principe de fonctionnement de la CECA s’étendrait en temps voulu à d’autres secteurs, créant des solidarités de fait menant progressivement à une fédération européenne. La question de l’armée est bien sûr dans leur esprit, mais ils n’anticipaient pas que cette question si sensible se poserait aussi tôt. L’invasion de la Corée du Sud du 25 juin 1950 vient accélérer les choses. Elle attise encore la crainte d’une invasion soviétique et pose de façon plus pressante la question de la participation de l’Allemagne de l’Ouest à la défense européenne.  La France et les autres pays d’Europe ne sont pas encore prêts à accepter la renaissance d’une armée allemande et Jean Monnet propose à René Pleven, Président du Conseil, de porter le projet de la mise en place d’une armée européenne dans le cadre d’une Communauté Européenne de Défense (CED).

Le projet est délicat, d’autant qu’il progresse en parallèle de celui de la CECA dont rien ne doit venir menacer la ratification.  La CED entraine des débats et des déchirements politiques à la mesure de l’enjeu de la création d’une armée européenne si tôt après la fin de la guerre et en pleine guerre d’Indochine. Approuvée par quatre des six pays de la Communauté dont l’Allemagne, le projet est finalement rejeté par le Parlement français en 1954. Devant cet échec dont il jugea qu’il était probablement dû à ce que l’idée était prématurée, Monnet éprouve de la déception. Il mesure à nouveau la difficulté inhérente au principe consistant à « demander à la souveraineté de déléguer la souveraineté » en dehors d’une situation de crise se prêtant à des solutions extrêmes. Sans doute les esprits n’étaient-ils pas encore prêts pour une telle initiative, que l’absence de communauté politique aurait rendu en tout état de cause très difficile à mettre en œuvre.

Pour ce qui est de Jean Monnet, l’échec de la CED lui signale la nécessité de se consacrer tout entier à la construction de l’édifice européen. Il démissionne donc de son poste à la Haute Autorité en déclarant à ses collaborateurs : « Ce qui est en voie de réussir pour le charbon et l’acier des six pays de notre communauté, il faut le poursuivre jusqu’à son aboutissement : les Etats-Unis d’Europe (…). Nos pays sont devenus trop petits pour le monde actuel, à l’échelle des moyens techniques modernes, de l’Amérique et de la Russie d’aujourd’hui, de la Chine et de l’Inde demain ».

1955 – Le Comité d’Action pour les Etats-Unis d’Europe

Jean Monnet avait constaté au Plan puis à la CECA la puissance de l’approche consistant à s’appuyer sur les forces organisées de la nation pour élaborer puis exécuter un plan commun. C’est la même idée qui sous-tend la composition du Comité d’Action pour les Etats-Unis d’Europe. Fort de son immense crédit, Jean Monnet convainc en quelques mois la grande majorité des partis progressistes et syndicats représentatifs des six pays membres d’adhérer au Comité et de participer à ses travaux. En France, seuls les communistes et le gaullistes ne s’y joignent pas. Ce que certains appelleront plus tard le « miracle » du Comité est pour Monnet une formule très simple : il s’agit de créer les conditions de débats constructifs entre des hommes que tout sépare dans leur vie politique nationale en leur faisant oublier leurs oppositions pour les faire travailler à l’identification de solutions communes à des problèmes communs.

Pour faire fonctionner le comité, Monnet réunit autour de lui une équipe légère de collaborateurs fidèles et efficaces, aux premiers rangs desquels François Fontaine, Max Kohnstamm, François Duchêne et Jacques van Helmont. La petite équipe s’installe dans un appartement de l’avenue Foch prêté par le frère de Silvia Monnet. Le principe de fonctionnement du comité est d’être principalement financé par ses membres, ce qui garantit son indépendance. Ses statuts lui permettent néanmoins d’accepter des dons et des legs extérieurs.  Ainsi par exemple la Fondation Ford, qui finance à cette époque de nombreuses initiatives européennes dans le domaine de la recherche en sciences sociales et économiques (dont par exemple le CERI, organe du CNRS), contribuera également indirectement aux travaux du comité à travers de subventions versées au centre de documentation du comité établi à Lausanne par le Professeur Rieben.

La première séance du comité d’action se tient en janvier 1956. Le dossier auquel ils s’attaque est celui d’Euratom dont l’objectif est d’unir les forces européennes sur le modèle de la CECA pour combler le retard nucléaire de l’Europe par rapport aux grandes puissances et faciliter sa future indépendance énergétique. Convaincu que les deux traités doivent être signés simultanément, le comité d’action s’attache à faire progresser en parallèle celui du Marché Commun. Les deux traités, Euratom et le Marché Commun, sont signés à Rome le 25 mars 1957 et ratifiés par l’Allemagne le 5 juillet.  La France ratifie les deux traités peu après.  Selon Monnet, la réconciliation franco-allemande était à cette date « scellée dans toutes ses parties».

Source Institut Jean Monnet, Houjarray

En cette fin 1957, les problèmes purement français rattrapent Jean Monnet : les finances du pays sont exsangues et le jeune Président du Conseil Félix Gaillard se tourne naturellement vers Jean Monnet, son ancien mentor, pour l’aider à solliciter des crédits américains. La mission de Jean Monnet à Washington est couronnée de succès et à son retour, il exprime dans une note de mars 1958 à Félix Gaillard une certitude qui inspirera le Système Monétaire Européen de 1972: « l’objectif serait la création d’un marché financier et monétaire européen, avec une banque et un fonds de réserve européen, l’utilisation en commun d’une partie des réserves nationales, la convertibilité des monnaies européennes, le libre mouvement des capitaux entre les pays de la Communauté, enfin l’établissement d’une politique financière commune». Comme beaucoup d’idées lancées par le comité d’action de Monnet, elle chemina longtemps avant de trouver le bon moment pour s’exprimer.

Monnet-de Gaulle, deux visions opposées de l’Europe

Les années 1957-1959 sont des années de relative convergence entre Jean Monnet et le général de Gaulle. Le général soutient le Marché Commun, Jean Monnet de son côté soutient le retour du général, vote en faveur de la cinquième République, et approuve l’approche de la question algérienne. Ce rapprochement ne résistera pas au volontarisme de Monnet sur les questions européennes. Après la ratification d’Euratom et du Marché Commun, le comité d’action de Monnet se concentre sur trois objectifs : l’élargissement de la Communauté à la Grande Bretagne, le développement de nouveaux domaines d’action (comme l’agriculture), et la construction politique de la Communauté dont les principes sont résumés dans cette formule simple : « délégation de souveraineté et exercice en commun de cette souveraineté déléguée ». Les bases d’une confrontation avec le général de Gaulle sont jetées. Celui-ci appelle en effet ouvertement de ses vœux une construction européenne basée sur la souveraineté inaliénable des Etats.

La conférence de Paris de 1961, présidée par le gaulliste Christian Fouchet, et consacrée à la façon d’institutionaliser l’union politique des six, n’aboutit pas malgré des débuts prometteurs. En mai 1962, De Gaulle fait une déclaration dans laquelle il rappelle son soutien à une Europe des nations et suggère que le modèle d’intégration soutenu par le comité de Monnet est inspiré par les Etats-Unis, véritable « fédérateur de l’Europe » et qu’il va à l’encontre des intérêts des pays européens. Plusieurs ministres, dont Pierre Pflimlin, démissionnent pour exprimer leur désaccord avec les déclarations du général de Gaulle. Le comité d’action de Jean Monnet jouit à ce moment d’un grand prestige et d’une forte influence du fait des personnalités que Monnet y a associées et qui considèrent véritablement le Comité comme l’instrument de la réalisation de leur vision du monde et de l’Europe. Les vues du comité sont solidement représentées au sein du large éventail de partis et de syndicats européens qui le composent.

Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne

Le comité se doit donc de réagir contre la caricature gaullienne de son action et il publie en juin 1962 une déclaration qui se veut pédagogique et a un grand retentissement. Dans celle-ci, il explique son approche et sa méthode.  « La méthode d’action communautaire est un dialogue permanent entre un organisme européen responsable de proposer des solutions aux problèmes communs et les gouvernements nationaux qui expriment les points de vue nationaux (…).. C’est cette méthode qui est le véritable fédérateur de l’Europe. En dehors de ce cheminement difficile et peut-être lent mais inéluctable et sûr, le comité considère qu’il n’ y a pour nos pays séparés qu’aventure et maintien de l’esprit de supériorité et de domination qui a failli hier entraîner l’Europe à sa perte et pourrait maintenant y entrainer le monde »

Bien sûr, Monnet apprécie que demander à des pouvoirs nationaux de partager volontairement une partie de leur souveraineté est une tâche ardue qui prendra du temps. Mais il est également convaincu que la méthode est la bonne et il n’est pas pressé.

La crise provoquée en juin 1965 par le Général de Gaulle, dite « de la chaise vide » pour s’opposer à la mise en place de la politique agricole commune et du vote à la majorité met à nouveau la construction européenne à l’épreuve. Jean Monnet annonce publiquement son intention de ne pas voter pour le général de Gaulle aux élections présidentielles de décembre 1965 qui le verront soutenir Jean Lecanuet au premier tour et François Mitterrand au second.

Pour Monnet, la politique de de Gaulle était fondamentalement contradictoire : elle affaiblissait l’Europe et en affaiblissant l’Europe elle affaiblissait cette France même qu’il voulait forte.

La Grande Bretagne et la Communauté

Source Institut Jean Monnet, Houjarray

Jean Monnet, anglophile depuis son adolescence passée à Londres, a toujours souhaité et n’a jamais douté du ralliement ultime du Royaume-Uni au processus d’intégration, dès lors que celui-ci aurait prouvé son efficacité. La Grande Bretagne doit à son sens apporter à l’Europe sa vue mondiale, sa science du gouvernement, ses capacités inventives, et ses ressources. Il a conservé un lien fort avec l’administration britannique et maintenu un dialogue continu et patient, qui laisse la porte ouverte à une adhésion au moment opportun. Les Britanniques de leur côté s’étaient ralliés au principe d’une zone de libre-échange mais restaient méfiants vis-à-vis de la Communauté dont ils observaient pourtant les premiers succès. Pour Monnet, la tentation d’un libre-échange «sauvage» non régulé est dangereuse et peut mener à une tentation de domination de l’Angleterre en Europe. Il conçoit la Communauté comme une méthode pour réunir les peuples alors que le libre-échange n’est qu’un arrangement commercial. En 1961, les Britanniques déclarent être prêts à déposer une demande d’adhésion et les négociations commencent, menées par Edward Heath. Alors que les discussions progressent, de Gaulle prend ouvertement et unilatéralement position contre l’adhésion du Royaume Uni à la Communauté. Jean Monnet, choqué par ce qu’il perçoit comme de la désinvolture de la part du général de Gaulle écrit pour lui-même : « Nous sommes entrés dans le temps de la patience ».

Au printemps 1967, la Grande Bretagne renouvelle sa candidature à l’entrée au Marché Commun. A nouveau de Gaulle se prononce contre son adhésion mais le comité d’action formule une résolution approuvée par les parlements des six et ouvrant la voie aux négociations. Le départ du leader de la France Libre et l’arrivée de Georges Pompidou en 1969 marquent une reprise de la dynamique européenne. L’accession de Willy Brandt à la Chancellerie allemande est également un facteur positif ; il apporte son soutien à plusieurs propositions importantes du comité d’action, dont l’union économique et monétaire, le fonds monétaire européen, et le commencement d’une union politique.

L’adhésion de la Grande Bretagne à la Communauté, signée en 1972 et finalement acquise par un vote populaire en 1975, n’aura pas été chose facile. Les Britanniques eux-mêmes avaient longtemps hésité et souvent douté. Dans ses Mémoires, Jean Monnet relate cet épisode qui peut paraitre aujourd’hui prémonitoire : « Un douanier anglais me reconnût un jour et me demanda : ‘Je voudrais être sûr de ceci monsieur : lorsque nous serons rentrés dans votre Europe, pourrons-nous en sortir’ ? »  Cette question traduisait pour Monnet une crainte atavique britannique de l’engagement.

Structurer les relations Europe – Etats-Unis

Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne

Les obstacles rencontrées en France dans les années 60 par le comité d’action de Monnet sur le front de l’adhésion du Royaume Uni et de la construction d’une Europe politique sont l’occasion de se focaliser sur les Etats-Unis. Jean Monnet pense que les relations entre l’Europe et les Etats-Unis doivent être plus structurées et prendre la forme d’un partenariat entre entités distinctes mais de puissance égale. Monnet continue à se rendre souvent à Washington où il compte de nombreux amis et il retrouve dans la nouvelle administration Kennedy l’ambiance stimulante et dynamique de l’administration Roosevelt.  Le Président Kennedy le séduit ; il est jeune, simple, direct, intelligent et très bien disposé vis-à-vis de la construction européenne. Au retour de l’une de ses visites à Washington, Jean Monnet partage ainsi avec Konrad Adenauer : « Tout le monde aux Etats-Unis est désormais convaincu que l’organisation de l’Ouest est nécessaire et urgente pour régler les grands problèmes du monde et que la Communauté européenne doit en être l’armature ». Deux conditions cependant, qui rejoignent les objectifs du comité d’action : que l’Europe s’organise politiquement et que la Grande Bretagne la rejoigne.

L’assassinat du Président Kennedy, aux obsèques duquel il se rend, affecte énormément Jean Monnet. Le jeune président américain dans lequel il avait mis beaucoup d’espoir lui avait écrit ces mots chaleureux en début d’année : « sous votre inspiration, l’Europe a en moins de vingt ans  progressé vers l’unité plus qu’elle ne l’avait fait depuis mille ans ». Avec la mort de Kennedy s’envole l’espoir de Jean Monnet de créer avant longtemps le partenariat Europe-Etats-Unis qu’il souhaite si ardemment

1970 – Relance de l’Europe politique

Le début des années 70 est propice à une relance de l’union politique en Europe. Les dirigeants Pompidou et Brandt soutiennent la construction européenne, et l’opinion publique française est majoritairement favorable à l’idée d’un gouvernement européen et à l’élection du Parlement Européen au suffrage universel. En Octobre 1972, la Conférence de l’Europe reprend à son compte les propositions du comité d’action de Monnet pour une union économique et monétaire et pour la création d’un fonds monétaire européen. Ces propositions se heurtent cependant au Conseil des Ministres des pays membres qui, pour Monnet, agissent en les rejetant non pas dans l’intérêt commun de l’Europe mais en fonction de leurs seuls intérêts nationaux.

En 1974, Jean Monnet soutient avec succès l’idée, puissamment soutenue par le nouveau Président français Valéry Giscard d’Estaing, de la formalisation d’un Conseil Européen des Chefs d’Etat décidant à la majorité et le principe de l’élection du Parlement Européen au suffrage universel. Pour lui, une étape fondamentale vient d’être franchie sur le chemin de l’union politique de l’Europe. Sans doute voit-il à ce moment-là en Helmut Schmidt, le chancelier allemand, et Valéry Giscard d’Estaing, le Président français, les hommes qui seront en mesure de continuer son œuvre, redonner un élan à la construction européenne et réaliser sa vision.

Citoyen d’Honneur de l’Europe

(c) Droits réservés – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe

Le 9 mai 1975, vingt cinquième anniversaire de la Déclaration Schuman, le Comité d’Action pour les Etats-Unis d’Europe est officiellement dissout. Jean Monnet a 87 ans et il se retire dans sa maison d’Houjarray pour y écrire ses Mémoires. François Fontaine l’assiste assidûment et sans doute le livre n’aurait-il jamais vu le jour sans lui. Le but des Mémoires n’est pas pour Monnet de relater les évènements de sa vie, qu’il rechigne à partager, ni de jeter un regard nostalgique vers le passé. Le but du livre est de «tenter, comme il l’écrit, d’éclairer ceux qui vont (le) lire demain sur la nécessité profonde de l’unification européenne dont les progrès se poursuivent sans relâche à travers les difficultés ».

(c) New York Time, Martine Franck – Source Fondation Jean Monnet pour l’Europe

Quand on a accumulé une certaine expérience de l’action, écrit-il, c’est encore agir que de s’efforcer de la transmettre aux autres et le moment arrive où le mieux qu’on puisse faire est d’enseigner à d’autres ce qu’on croit être bien. Il y a une méthode pour construire l’Europe – il n’y en a pas deux dans un temps donné. Nous ne sommes pas sortis du temps de la Communauté européenne, du temps de la délégation de souveraineté à des institutions communes, seul moyen d’assurer le progrès et l’indépendance de nos peuples et la paix de cette partie du monde ».

En 1976, Jean Monnet reçoit le titre de Citoyen d’Honneur de l’Europe, titre décerné depuis à Helmut Kohl et Jacques Delors.  Il décède le 16 mars 1979 dans sa maison d’Houjarray et ses cendres sont transférées au Panthéon en 1988.

Bibliographie :

Gérard Bossuat, Andreas Wilkens, Jean Monnet, l’Europe et les chemins de la paix, Paris, Publications de la Sorbonne, 1997.

Gérard Bossuat (dir.), Jean Monnet et l’économie, Bruxelles, Peter Lang, 2018.

François Duchêne, the First Statesman of Interdependence, New-York, Londres, Norton, 1994.

Pascal Fontaine, Jean Monnet, l’Inspirateur, Paris, Grancher, 1988.

Jean Monnet, Mémoires, Paris, Fayard 1976.

Clifford P. Hackett, A Jean Monnet chronology 1888-1950, Washington DC, Jean Monnet Council 2008.

Richard Mayne (compiled by Clifford Hackett), The Father of Europe. The life and times of Jean Monnet, Lausanne, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, 2019.

Eric Roussel, Jean Monnet , Paris, Fayard, 1996.

A l’écoute de Jean Monnet, Fondation Jean Monnet pour l’Europe, Lausanne, 2004.


[1] https://www.strategie.gouv.fr/actualites/premier-plan-de-modernisation-dequipement#_ftn3

keyboard_arrow_up